La joie de la chambre noire

C’est un billet d’humeur (bonne) que je poste ici, en même temps qu’une petite réflexion sur ma chambre noire, qui  parfois m’énerve, et parfois me comble. 

Je sors d’une semaine bien remplie et très satisfaisante : Prise de vue lundi (dans Charlevoix) et mercredi (au parc de la Jacques Cartier), développement des trois films jeudi, planche-contacts le vendredi et tirage samedi (et un peu vendredi). Au final, 11 nouvelles photos sont nées dans la semaine pour un projet de recueil poésie/photo qui touche à sa fin !

Mon labo, je l’aime, moi non plus.

C’est mon troisième labo photo personnel, et il est installé dans un cagibi… Ma surface de travail est celle d’un vieux bureau. Pas très professionnel ? Il est certain qu’une véritable chambre noire m’apporterait plus de confort (notamment l’accès à l’eau, l’espace, la ventilation…), mais mon très exigu labo me permet de produire des tirages d’excellente qualité… dans mon placard.

Comment?

La qualité du matériel entre bien sûr en considération. De manière générale :

  • une bonne chimie, fraiche, est indispensable
  • l’agrandisseur doit être rigide, facile à manipuler et réglé de façon impeccable
  • le margeur à 4 lames est tellement confortable… difficile de s’en passer !
  • la fameuse lumière rouge doit permettre une bonne visibilité
  • l’optique d’agrandisseur doit être de très bonne qualité
  • le compte-pose doit être fiable (riez, j’en connait des appareils fantaisistes, des boutons capricieux et des vieux compte poses mécaniques grippés!)

 

Bref, ça prend un peu de temps de trouver l’équipement qui nous convient. Et une fois trouvé, il faut en prendre soin. Les lames du margeur doivent être droites (j’ai réglé le mien, pas du tout d’équerre à l’achat). L’optique doit être vraiment bonne. J’en ai utilisé beaucoup, et j’ai sélectionné mes préférées. L’agrandisseur doit être réglé.

Agrandisseur De Vere 504 Closed Loop, margeur Saunders 16×20

Attention.

Il DOIT l’être. Le réglage et la stabilité de l’agrandisseur est un point fondamental de la qualité d’une chambre noire! Un mauvais alignement, ou une mauvaise rigidité peut détruire dans l’œuf toute tentative de produire un tirage net! Mon De Vere 504 ici présent m’a demandé une bonne demi-journée de réglage. En revanche, je sais que je peux compter sur sa rigidité (c’est construit comme une pièce d’artillerie), et sur la stabilité de son support.

Vous l’avez compris, il y a bien des éléments autres que l’espace disponible qui entrent en jeu dans la qualité de la chambre noire.

Alors, un labo pro dans un placard*, c’est possible ? J’ose dire OUI, pour les tirages de petite taille (inférieurs au 16×20 pouces) ! Courage à ceux qui sont petitement installés !

 

*hum, bien sûr, les tirages doivent être lavés consciencieusement… Les tirages sont donc exportés dans une salle d’eau pour cette phase. Comment ça c’est de la triche ?

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s