États-Unis, 2017 (1)

Pour mon dernier anniversaire, ma blonde m’a offert 30 cadeaux. Un par bougie soufflée. Parmi les trente cadeaux, deux classes de maître m’obligeaient à me déplacer chez nos voisins du Sud. C’est ainsi qu’a débuté cette aventure, ce voyage en famille de trois mois, en camping-car, aux États-Unis d’Amérique !

Bricolage avant le départ

En février 2017, nous avons pris la route, ma petite famille et moi, dans un motorisé de 36 pieds, alors même que le mercure indiquait une bonne vingtaine de degrés sous zéro. Parmi les nombreux objectifs que nous nous étions fixé, je tenais à passer à l’étape supérieure dans ma pratique photographique. J’ai donc emmené à bord mes appareils habituels, un bon stock de films, mais surtout une caméra particulière que je n’utilisais que trop rarement depuis que j’en avais fait l’acquisition.

Chambre pliante, 2016

En préparant le voyage et les « workshops », j’ai ainsi fait le choix de travailler plus sérieusement à la chambre grand format. Ce type d’appareil a une drôle d’allure avec son soufflet (« C’est l’appareil de Tintin ! » m’a-t-on dit, au cœur de la Vallée de la Mort…), mais c’est un outil de grande précision, capable de produire des clichés extrêmement détaillés. C’est aussi un appareil très exigeant, dénué de tout automatisme. Tout oubli (diaphragme, vitesse, mesure de la lumière, compensation de l’exposition pour les filtres, la prise de vue rapprochée, les poses longues…) se paye cash ! Il faut apporter un soin jaloux à la moindre manipulation, car le film est difficile à protéger de la lumière et de la poussière, deux ennemis mortels du photographe.

Bref, je voulais me frotter à quelque chose de complexe et de sublime. Ce n’est donc pas par hasard que ma route a croisé (et parfois suivi) celle d’Ansel Adams.

En effet, qui dit photo de paysage, en noir et blanc et à la chambre (qui plus est aux « USA »),… dit Ansel Adams. Non seulement parce que c’est là l’essentiel de son patrimoine photographique, mais aussi parce qu’Adams a laissé derrière lui un héritage pédagogique incroyablement riche et inspirant. Mon voyage a donc débuté à Québec, bien avant le départ, alors que je me penchais sur « The Negative » et « The Making of 40 Photographs ».

Suite au prochain épisode…


2 réflexions sur “États-Unis, 2017 (1)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s