États-Unis, 2017 (5)

Après ces deux rencontres décisives, nous prenons les routes californiennes, et celles-ci nous mènent à Yosemite. Cet endroit est un véritable joyau. Nous avons la chance d’y arriver au début du printemps : les cascades sont impressionnantes ! La configuration du site, une vallée encerclée par des montagnes abruptes, des cascades, les méandres de la Merced River, tout semble d’une telle perfection que chacun comprend pourquoi ce site a été le premier espace naturel du monde (sauf erreur) à être légalement protégé. Je reconnais des sites photographiés par mes trois maîtres lors de ce voyage, Ansel, Alan et John, tous trois coutumiers du lieu ! Je me rends compte que je connaissais un peu Yosemite, mais uniquement en noir et blanc !

Tempète de sable

Nous nous décidons ensuite à affronter la Vallée de la Mort, qui figure en bonne place dans ma mythologie personnelle (enfant, je me passionnais pour la géologie, le climat et la biologie, et Death Valley est remarquable sur tous ces plans). Nous sommes accueillis par une tempête de sable magnifique. Les nuages sont splendides, le sable nous gifle, s’infiltre, forme une brume ocre, solide et vive. Évidement, ces conditions sont très défavorables à la prise de vue, mais je me risque tout de même à griller deux rouleaux de HP5 au Rolleiflex. Hélas, du sable s’infiltre et provoque une panne temporaire. Je ne constaterai l’étendue des dégâts qu’au développement (quelles photos ont été touchées par le malfonctionnement ? Une ? Toutes ?).

Death Valley Dune Croute Transport chambre

Le lendemain, nous arpentons tour à tour des dunes de sable, puis des canyons taillés dans les grès multicolores de Zabriskie Point. Des montagnes enneigées surplombent cette vallée aride, par endroit plus basse que le niveau de la mer, où nous souffrons de la chaleur, même en avril.

Nous quittons la Vallée à la fraîche, et nous gagnons Las Vegas. Même si la ville est impressionnante de couleurs et de lumières, je ne me sens pas d’humeur à photographier. L’agitation me fascine et me distrait, me gène. C’est une folie (folie douce ou folie dure ?), c’est une drogue.

Nous fuyons vers Los Angeles, mais les anges ne nous viendrons pas en aide : ici aussi l’agitation urbaine gène nos cerveaux désormais dépendants au calme.

Nous allons nous perdre dans la campagne. Une ferme tenue par une communauté religieuse nous permet de vivre une expérience à part. Je travaille dans les champs, on se lève tôt, on chante… C’est toute une autre façon de vivre que nous découvrons (les « frères » parlent d’ailleurs du « monde » pour qualifier le reste de la société). La communauté est certes retirée, mais elle reste ouverte : elle entretient des points de commerce et accueille fréquemment des visiteurs. Je fais quelques photos, discrètement, et Michael, ancien membre de la communauté toujours impliqué au Morning Star Ranch, me demande de le photographier alors qu’il greffe un arbre. J’accepte avec plaisir, mais c’est Sabbat, et les festivités durent longtemps : je le photographie de nuit avec pour seule lumière un spot assez distant… On verra ça au développement !

Puis il est déjà temps de prendre le chemin du retour vers Québec. On décide de se faire plaisir et on traverse encore quelques déserts. Je me découvre une vraie passion pour ceux-ci. J’affronte ma peur des serpents, sursautant à chaque départ de ces lézards supersoniques qui courent si vite qu’on dirait qu’ils volent.

Le « Joshua Tree National Park » est une autre splendeur sur notre route, pas seulement pour l’arbre de Josué qu’il abrite en grand nombre, mais aussi pour ses roches si sculptées, organiques, qui parsèment cet espace de rencontre entre le désert du Colorado et le désert Mojave. Je trouve même une résonance entre ces rochers et l’église San Fransisco de Assis de Taos. Je songe à mettre en lien mes photos.

Ensuite, nous enfilons les hauts lieux du Sud-Ouest américain comme les perles d’un collier. L’Utah nous réserve de belles surprises avec Zion, Grand Staircase et Bryce Canyon, un endroit qui m’était inconnu, même de nom. C’est pourtant un parc magnifique dont la configuration et la géologie sont tout à fait uniques ! Bref, nous croisons tant de merveilles que nous n’arrivons pas à traverser l’État !

Bryce canyon, camera sur l'épaule

N’arrivant à nous résoudre de quitter le Sud-Ouest, nous faisons un dernier détour par Monument Valley, et nous entrons pour la troisième fois en Arizona ! Puis nous traversons, de nuit, les Rocheuses. C’est maintenant les grandes plaines : l’Est du Colorado, le Kansas…

Il nous faut l’accepter, nous sommes sur le chemin du retour ! Ainsi s’achève donc un voyage initiatique, en ce sens qu’il marque un tournant dans ma pratique. Moi qui ai principalement reçu l’influence d’une photographie européenne, j’étais surtout sensible au photoreportage (Koudelka, Salgado, Cartier-Bresson…) et à la photographie à main levée. Par intérêt technique, je me suis penché sur la photographie « fine art » américaine. J’ai eu la chance de bénéficier des enseignements de deux grands photographes, et de comprendre de façon plus intime l’héritage d’Ansel Adams, et donc de découvrir tout un monde artistique : Steiglitz, O’Keeffe, Weston, Bullock, Bernhartd…

Le plaisir que j’ai éprouvé à voir les tirages originaux de grands maîtres (Adams, Weston(s), Kenna, Bullock, Bernhard, mais aussi, bien sûr, Alan Ross, John Sexton et Anne Larsen!) m’a conforté dans mon attachement à ma pratique de la photographie argentique. J’ai intégré de nouvelles compétences, en prise de vue comme en tirage, en m’immergeant dans cette tradition américaine.

C’est dit : j’ai maintenant un pied de chaque côté de l’Atlantique !


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s